Regards croisés de Philippe Baute et Olivia Gordon Bourcart

Quelle est la place du Port Vauban dans le projet touristique de la ville ?
(Philippe Baute)
Le développement du port est une priorité absolue. C’est une contribution économique importante pour la ville, mais c’est aussi un outil de promotion extrêmement précieux. Nous réalisons au quotidien comment son influence et son avenir captent l’attention et l’intérêt de nos interlocuteurs lors de nos missions à l’étranger par exemple. Sophia-Antipolis, origine historique d’Antibes (première ville azuréenne) et du port, premier en Europe en tonnage, notre espace maritime qui est à l’avant-garde des parcs aquatiques marins, tout cela forme un tout à la fois cohérent et extrêmement attractif.

Et inversement… la ville d’Antibes est un argument de vente pour le port ?
(Olivia Gordon-Bourcart)
Les liens avec la Ville sont au cœur de notre projet. Nous intégrons systématiquement la dimension « destination » dans notre offre de services et la fidélisation de nos clients et visiteurs. Et nous partageons le même public. Par exemple, le port organise sur place des activités sportives et festives qui deviennent de plus en plus populaires, bien au-delà des plaisanciers et des équipages.

(Philippe Baute)
Je confirme. Cette diversité de fréquentation enrichit grandement la vie locale et son potentiel de séduction.
Pour aller encore plus loin, l’idéal est de créer une chaîne continue….

(Olivia Gordon Bourcart)
En offrant un accueil personnalisé à quai, notre équipe dévouée d’ambassadeurs, notre site Internet et notre plateforme numérique Port Vauban, nous nous assurons que nos clients disposent de toutes les informations nécessaires à la préparation de leur séjour. Depuis plusieurs saisons, nous développons des cartes privilèges, par exemple en y intégrant une offre culturelle locale.

(Philippe Baute)
Nous devons établir des liens naturels, des réflexes, notamment en impliquant les équipes et en coordonnant nos actions. Par exemple, nos deux Community Managers sont en contact direct afin d’assurer une fluidité maximale entre nos entités.

Et apprend à travailler ensemble ?
(Philippe Baute)
Nous nous connaissons depuis un an et travaillons ensemble avec Olivia. Nous allons maintenant au-delà de l’échange d’informations. Nous allons naturellement concevoir de plus en plus de projets communs.

(Olivia Gordon Bourcart)
J’insiste également sur cette notion de co-conception. À titre d’exemple, notre programmation d’événements vise cette année à élargir notre auditoire. Ainsi, les Voiles d’Antibes, événement classique prestigieux que nous accueillons au Port Vauban, s’ouvrent à d’autres publics et fédèrent les entreprises de Sophia Antipolis. Il en va de même pour le Salon de la pêche et des loisirs aquatiques, qui a attiré cette année le grand public, les professionnels de l’industrie et les plaisanciers.

Au-delà du tourisme, quel peut être l’impact global de votre convergence ?
(Philippe Baute)
Je prendrais un exemple emblématique avec le projet européen GRITACESS qui a choisi Port Vauban pour un vaste programme de valorisation du patrimoine franco-italien. Nous pourrons expliquer le port, son architecture, son histoire. Sur le plan international, c’est l’occasion de voir le port comme l’entrée naturelle de la ville par la mer.

(Olivia Gordon Bourcart)
Nous n’oublions pas que la CCI est notre gestionnaire et l’un de nos actionnaires. Il est donc tout à fait naturel que nous ayons en permanence à l’esprit le développement économique du territoire. En cultivant l’authenticité et la modernité, nous sommes les garants de l’attractivité du port, lui-même source de retombées économiques.