Quatre selleries sont situées sur le Port Vauban pour servir et assister les clients locaux dans leurs commandes. Ils sont stratégiquement situés, ouverts tous les jours (sauf le dimanche). Leurs propriétaires aiment venir chaque matin sur le port pour vivre de leur passion : l’artisanat.
Nous les avons rencontrés pour discuter davantage de leur réalité quotidienne. Certains d’entre eux étaient occupés à adapter de nouvelles commandes, d’autres étaient en train de remodeler complètement leurs magasins. Nous sommes heureux de partager cette expérience avec vous !

Tony – Alex sellerie
Au cours des deux dernières années, Alex a confié la gestion de la sellerie à Tony, son fils de 23 ans. Nous l’avons rencontré alors qu’il rénovait des coussins de bateau.
Il travaille aux côtés de son père depuis 2014 et a pris la relève après que son père ait décidé de prendre sa retraite. Le magasin existe depuis 22 ans et se consacre exclusivement à l’ameublement marin.

Michel et Roland – Filao
Nous avons eu l’occasion de les interviewer tout en fixant une toile de protection à leur sellerie basée sur la jetée sud. Michel, fondateur de Filao, possède également un magasin situé au 6 avenue Tournelli à Antibes.
Il y a quelques années, il était d’abord étudiant en droit et sa sœur dirigeait alors une sellerie nommée « Au fil de l’eau ». Lorsqu’il a décidé de reprendre l’entreprise, Michel a tenté de trouver un nom similaire à celui de sa sœur. Il a ensuite choisi de l’appeler « Filao », inspiré d’un arbre tropical d’Afrique.

Philippe – Phil Marine
Philippe a été ravi d’être interviewé dans sa sellerie, face aux installations de la SRA. Il nous a parlé de son travail précédent et de ses nombreuses années passées dans l’industrie des relations publiques. Sa mère faisait partie des premiers selliers de Vauban. Elle s’appelait Marianne Marine.
Philippe a toujours été là pour aider sa mère dans l’entreprise et a fini par prendre la relève. Il travaille maintenant sur le port depuis 30 ans, cousant tout ce qui peut être cousu, à part le tissu à voile.
En fait, il a précisé que la voile avait été cousue par piqûre zig-zag alors que le hsi est spécialement cousu droit. Au début, le marché hsi n’était composé que d’équipages de bateaux, mais il a finalement dû s’étendre à d’autres locaux pour ne pas souffrir de la saisonnalité de l’activité.

Guy et Manu – Fil à Suivre
Guy et son employé Manu nous ont gentiment accueillis. Guy, fondateur et directeur de « Fil a suivre » depuis 32 ans, nous en a dit plus sur Apprendre à coudre et être employé aux Antilles à un plus jeune âge, puis vouloir lancer sa propre entreprise.
Guy est propriétaire d’un magasin situé au 13 rue Sadi Carnot à Antibes où il se consacre à la rénovation intérieure : décoration, coussins, rideaux, etc. Alors que Manu, principalement basé au camion sur le port, donne la priorité à la rénovation extérieure.